News du Jeu Final Fantasy VII Remake
la-hype-final-fantasy-vii-remake-est-elle-justifiee

La hype Final Fantasy VII Remake est-elle justifiée ?

En 1997, naquit une œuvre qui allait marquer un tournant dans la sphère vidéoludique. Il s’agit du septième opus de la licence de Square Enix (Square Soft à l’époque) nommé Final Fantasy VII, et considéré pour beaucoup comme un chef-d’œuvre incontestable. Effectivement, il est question d’une série où la narration a toujours été une part importante, mais ici cette dernière gagne en profondeur avec une thématique propre aux questionnements de l’époque (l'industrialisation, la pollution). Toutefois, interrogeons-nous sur la hype que procure le remake de ce titre : d’où vient-elle ? Comment peut-elle à la fois allier tant de nostalgie et d’innovations ? Peut-on jouer au jeu sans avoir essayer la version originelle ? Des questions auxquelles nous allons donc tenter de répondre.

final-fantasy-vii-remake-ff7r-ff7-comparaison-cloud.jpg

 

D’où vient la hype ?

On pourrait penser que la hype vient des anciens joueurs entraînant les nouveaux dans leurs courses, cependant, cette réponse ne semble être que trop facile par rapport à la complexité que représente cette énigme. En effet, si le jeu fut autant acclamé à sa sortie sur PS1, c’est parce qu’il s’agissait en fait du premier jeu de la licence à ne pas sortir sur une console Nintendo.

final-fantasy-vii-ps1-jaquette .jpg

Cela peut paraître anodin, néanmoins, cela a montré à l’entreprise qu’elle n’avait plus le monopole sur le marché du jeu vidéo et plus encore, puisque Playstation a su montrer qu'il était capable de prouesses graphiques incomparables : en plus d’être le premier Final Fantasy à ne pas sortir chez la marque de notre fameux plombier, c’était aussi le premier épisode à être modélisé en 3D.

final-fantasy-vii-ff7r-ff7-cloud-3d .jpg

Par ailleurs, le jeu avait aussi une durée de vie comprise entre 30 et 40 heures, là où d’autres ne dépassaient que rarement les 20 heures. Celui-ci met en scène le personnage Cloud Strife qui va lutter contre une organisation exploitant excessivement les ressources de la planète (ce qui est ironique lorsqu’on sait que cette morale s’applique d’autant plus à notre situation actuelle à quelques détails près)... Autant de raisons qui font que le jeu a marqué les esprits des plus vieux d’entre nous. Finalement, ces informations ont ainsi justifié l’engouement généré par une partie des joueurs lors de l’annonce du Remake en 2015.

final-fantasy-vii-ps1-cloud-combat.jpg

Une ferveur méritée quand on sait que certains grands noms ayant travaillé dans la production du jeu originel sont également revenus pour ce remake comme :

  • Tetsuya Nomura
  • Yoshinori Kitase
  • Kazushige Nojima
  • Nobuo Uematsu le compositeur musical qui continue de nous produire des OST à couper le souffle.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas pour rien que cet épisode est considéré pour beaucoup comme le meilleur de la saga et pour certains comme le meilleur jeu de tous les temps. Sans aller jusque-là, il est indéniable que le titre est un pilier du jeu vidéo, pourtant, les développeurs ont décidé de se surpasser pour ce remake en repensant au réalisme des personnages collant plus aux événements d’aujourd’hui.

 

Une économie discutable

Le problème, c’est qu’ils n’ont, semblerait-il, pas réussi à faire tenir le remake complet de l’épisode en un seul jeu. Ce dernier, comprenant les six premières heures du jeu étiré sur une trentaine d’heures. Certes, on nous livre un titre travaillé, impossible de le nier, mais pour autant, le fait qu’il soit divisé en plusieurs parties ne jouera pas en sa faveur : effectivement, cela oblige les joueurs à racheter une partie tous les ans potentiellement à 70 euros, soit pour un récit de cette envergure, on arrive facilement à trois parties pour 210 euros l’épisode complet ! Heureusement pour Square Enix, la société dispose d’une base de fans sur laquelle elle peut compter.

On peut ainsi comprendre la hype Final Fantasy VII (moi-même ayant succombé à l’achat). Malgré tout, le système économique mis en place par Square Enix ne peut qu’être critiqué : car au bout de cinq années de développement, on aurait pu s’attendre à un jeu représentant au moins 50 % de l’œuvre originelle, si ce n’est la totalité.

FF7-Remake-cloud-aeris.jpg

Justifiable ou non, dans le fond, c’est à vous de répondre. Qu’importe la réponse, il est évident de constater qu’une grande majorité des joueurs a déjà été séduit par la nouvelle production de Square Enix. Le remake étant ce qu'il est, la connaissance du premier opus accentue la hype auprès des joueurs de la première heure, cependant, celui-peut facilement être comprise par la nouvelle génération qui est déjà sous le charme.

Vos réactions


Je suis un jeune joueur passionné de jeu vidéo et adorant l'écriture. Cela ne m' empêche pas de faire des fautes d'orthographes. J'espère que vous aimerez autant lire mes articles que j'ai aimé les écrire et surtout mes tests !

Articles similaires


Commentaires (0)


Merci de te connecter ou de t'enregistrer pour poster un commentaire