Avis sur Shadow of The Tomb Raider

Une Impression de déjà vu ?!

Cet avis a été réalisé par un internaute, donne toi aussi ton avis !

Tomb Raider est une série de jeu mondialement reconnu sortie pour la première fois en 1996. On y incarne la grande archéologue Lara Croft pensée à l’origine pour devenir une icône féminine du jeu vidéo. Cependant ce personnage, comme d’autres avant elle finit par devenir un objet de désir chez les joueurs de sexe masculin ne cherchant qu’à assouvir leurs fantasmes. Perdant de plus en plus d’adeptes à la licence, c’est finalement en 2013 que Square Enix décida de reboot cette dernière. Néanmoins ce qui devait à la base être un reboot finit par devenir un préquel aux aventures de notre exploratrice en herbe. C’est Camilla Luddington qui sera choisit pour incarner l’héroïne durant cette nouvelle trilogie, il est vrai qu’Angélina Jolie n’avait pas fait un carton par le passé. Malgré tout cette nouvelle trilogie parvient à redorer le blason de Lara Croft sans pour autant nous effacer l’image qu’on avait tous déjà d’elle. Enfin sort en automne 2018, le jeu qui doit conclure cette trilogie, qui doit aboutir sur ce que deviendra le personnages lors de ces précédentes apparitions dans les jeux. Et il s’intitule : Shadow of the Tomb Raider…

 

L’OMBRE DE LARA CROFT...

En effet, on peut remarquer dès le début que notre chère Lara à bien grandi depuis le premier jeu de cette nouvelle trilogie. Passant d’une frêle jeune femme naïf, et timide face à une déesse qu’était Himiko, pour arriver jusqu’à l’exploratrice que nous retrouvons dans rise of the tomb raider évoluant dans le froid de la Sibérie. Cependant, c’est finalement dans ce dernière opus que va se terminer l’évolution du personnage. Pour comprendre cette évolution, il faut commençait par admettre que nous avons tous notre pars d’ombre vous, comme moi. Et c’est sur ce point que le développement de Lara Croft va être impactant. Le jeu prenant place pour la majeure partit de celui-ci dans la jungle péruvienne, elle sera amenée à prendre des décisions tantôt en faveur des autochtone présents sur les lieux, tantôt égoïstement pour elle et pour assouvir sa vengeance envers le meurtrier de son paternel. Cet égoïsme du personnage nous est montré durant les premières heures de jeu lorsqu’elle dérobe pendant une exploration un artefact très ancien entraînant d’une part le début de l’apocalypse et d’autre part servant les sombres dessins des trinitaires qui sont également de retour dans cet opus. On en apprend également beaucoup plus sur leur organisation paramilitaire ainsi que sur leurs intentions qui ne sont en soit pas si machiavélique que ce que j’aurais pu penser. Leur seule désir étant de réunir deux artefact afin dans un premier temps d’empêcher l’apocalypse déclenché par Lara puis dans un second temps reconstruire le monde sans la haine et les pêchés. Ce sont ces motivations qui rende Lara encore plus sombre s’interrogeant sur le fond de ses véritables intentions. Malgré tout, elle tentera de les arrêter jusqu’au bout allant jusqu’à défier une tribut toute entière.

Vous l’aurez sans doute compris, après être passé de jeune femme à exploratrice. Lara va maintenant devenir une prédatrice. Cela est très largement retranscrit par le paysage forestier parfois luxuriant alors que d’autres fois assez sale et boueux. Ce changement de décor est également là pour marquer un changement notable chez le personnages mais surtout pour que le joueur aperçoive et comprenne ce changement.

Effectivement, le jeu joue beaucoup sur les décore mais également sur les ombres afin de nous montrer l’évolution de Lara. Néanmoins il est bon de mentionner le fait que cette dernière ne sera pas seule durant cette aventure, toujours accompagné du fidèle Jonah qui ne servira qu’à donner à Lara plus de profondeur encore. En effet, il sera souvent pour ne pas dire à chaque fois bloqué par de multiples raisons pas toujours cohérentes l’empêchant d’accompagner son « ami » durant ses escapades. En plus de ce dernier on rencontrera certaines tributs dont une en particulier qui se trouve être au cœur de l’intrigue, nous faisant découvrir moult personnages secondaires qui eux à l’inverse de Jonah feront grandement avancer l’histoire.

 

L’EXPLORATION, UN SECRET DE FAMILLE

J’aimerai pouvoir dire que ces lieux et personnages vont permettre d’apporter de la nouveauté ainsi que de la variété au gameplay mais ça serait vous mentir que de prétendre une telle chose. Toutefois, à défaut d’avoir de la nouveauté nous avons une approche différentes privilégient bien plus l’arc à l’inverse des autres opus qui mettaient en avant les armes à feu. Dès le début du jeu lors des premières énigmes l’arc est favorisé afin de déplacer des objets présent dans la pièce.

Les énigmes sont quand elle assez facile pour la plus part à l’exception d’une ou deux plutôt complexe notons que le jeu nous offres avant même son commencement le choix de régler la difficulté des énigmes mais également des combats ainsi que de l’exploration. Ce changement se voyant transparaître par l’apparition ou disparition de certains éléments dans le décor. Cependant, même si les énigmes n’apportent pas un réel plus au jeu les exploration quand à elles relèveront légèrement le tout.

En effet, le jeu cherchant plus que les autres à devenir un open-world, il nous laissera libre cours à l’exploration des nombreuses tombes dissimulées un peu partout sur la carte. Néanmoins, vous vous rendrez rapidement compte que leur contenu ne varie pas vraiment et que les pièges sont généralement les mêmes. Il vous faudra soit actionner un levier relié à un ensemble de mécanismes soit plonger dans l’eau présente à l’intérieur du tombeau etc. . .

Cela dit, le jeu voulant se rapprocher sur quelques point d’un RPG, on y retrouve énormément de collectibles dispersés un peu partout autant dans les temples qui généralement nous offre une partie de tenu ou encore dans des caisses ou plantes présentes dans la faune. Elle vous servirons à améliorer votre équipement comme l’arc, piolet, couteau ou encore vos armes à feu. Ils pourront également servir à la fabrication de vos flèches car comme je vous le disais, le gameplay favorise l’utilisation de l’arc et les flèches ont donc été quelque peu variées.

Cependant si l’accent est mis sur l’arc ce n’est pas sans aucune raison. J’évoquais plutôt que Lara devenait dans cet opus un prédateur et ce n’est pas pour rien. En effet, la discrétion est de mise cette fois-ci, et pour amplifier ce sentiment des points de talents seront mis à votre disposition et ce sera à vous de choisir si vous êtes plutôt frontale ou discret. Sachez quand même qu’encore une fois le jeu est conçu pour favoriser la discrétion du à l’évolution de Lara en prédateur qui ira jusqu’à tuer le plus gros prédateur de la forêt ainsi que faire peur à des soldats pourtant entraînés et je ne parlerais pas des génocides que cette dernière commettra car ils coupe le récit au réalisme qu’y lui est propre. Quoi qu’il en soit même les gunfights restent agréable mais à l’instar du personnages principal ces derniers n’ont pas grandement évolué.

Venons en maintenant à l’un des point les plus important qu’est la grimpette. Cette dernière comme les gunfights n’a pas énormément changée par rapport aux anciens jeux. On remarquera quand même une nouveauté, la corde utilisable pour descendre de certains paroi ou encore pour se balancer afin d’en atteindre d’autres plus loin. Toutefois ce qui fut assez dérangeant fut l’assistance omniprésente durant l’exploration qui explique encore et encore sur quel bouton appuyer. Les premières fois passe encore pour servir de didacticiel mais par la suite cela devient frustrant surtout lorsqu’on meurt pour la énième fois pendant un saut, si j’avais fais le jeu en difficultés facile j’aurais pu comprendre mais je l’ais pourtant fais en mode standard. Je n’ai pas parlé des quêtes secondaires du jeu que je trouve pour ma pars anecdotique et trop peut intéressantes pour en parler. Elles ont au moins le mérite d’apporter une approche différentes à l’histoire mais que trop peu exploitées.

 

UN RÉALISME TROP PEU EXPLOITÉ !

Nous avons longuement parlé du gameplay passons maintenant au graphisme qui reste pour moi une partie essentiel dans le jeu vidéo de nos jours et encore plus dans ce Tomb Raider qui se veut un minimum réaliste de par l’utilisation de la motion capture… Réaliste en tout cas dans les graphismes.

Cette volonté de vouloir pousser le réalisme graphique du jeu est ressentit avant même le début du jeu lors des réglages. En effet, le jeu nous laisse le choix entre une fluidité ou des graphismes améliorés et disposant d’une Xbox One X j’ai bien évidemment essayé l’optimisation graphique et autant dire que ces injouable. Certes je ne dispose aucunement d’un écran 4k mais de la à ce que le jeu ram autant dire qu’il se tire une bal dans le pieds avant même le début et pourquoi selon-vous ?

Cette optimisation n’apporte rien de plus les graphisme ne changes presque pas comparé au choix de la fluidité.

Sans parler de ça, la modélisation des lieux reste tout bonnement époustouflante que cela soit par les paysages verdoyants ou les temples souterrains ces beau, il n’y a aucun autres mots pour décrire la splendeurs des décores si l’on oublie les opus précédents… Graphiquement il n’y pas énormément de différences avec les anciens jeux si ce n’est que les décores changent oui mais le jeu est développé sous le moteur graphique Foundation Engine qui n’est pas plus qu’une version certes amélioré de l’ancien Crystal Engine utilisé pour les autres. Sans parler de la synchronisation labial pour la VF qui est très inégale et à la limite de l’injure envers celle-ci. Et le jeu reste graphiquement en dessous d’un Uncharted 4 sortie en 2016 dont il est le principal concurrent en terme de gameplay ou d’un God of war sortie pourtant la même année. Et je ne ferais pas l’injustice de le comparer à un Red Dead Redemption 2 sortie après d’abord car ce dernier à eu bien plus de temps de développement et d’autres part car ce il reste un étalon graphique pour bien des jeux.

 

LA CONCLUSION ?!

En définitif, ce jeu nous offre une conclusion qui aurait pu être bien mieux amenée ce qui ne peut que nous laisser un goût amère sans parler de l’évolution finale et plus dark de Lara qu’on nous avait promis que nenni. Elle est certes présente mais reste secondaire et n’apparaît qu’à quelques bref moment du jeu. Jeu qui possède une durée de vie par ailleurs assez moindre, il ne faudra effectivement pas plus d’environs 15 heures de jeu pour terminer l’histoire principal pour ce qui est des activités annexes c’est autres chose. Les phases de gameplay reste identiques a ceux des derniers opus l’accent est juste plus mis sur la discrétion, l’une des seules bonnes choses dans ce dernier jeu étant peut être la partie ou l’on incarne une jeune Lara Croft encore enfant. Et dans le fond ce n’est il pas juste un grande rêverie, une simple aventure que s’imagine une jeune fille ?

Au final ce jeu bien qu’anecdotique aura au moins su me divertir le temps qu’il aura fallut mais est loin d’être à la hauteur de ses frères et sœurs.

Qu'en conclure?

Scénario - 5/10
Graphismes - 7/10
Gameplay - 6/10
Bande son - 4/10
Durée de vie - 6/10
6
Ce Shadow of the Tomb Raider comme vous l'aurez compris, n'est pas mauvais mais ne mérite tout simplement pas le détour...

Vos réactions


Yo ! Je me présente, je suis un énorme fan de comics, jeux vidéo et toutes sortes de séries et films de l’univers geek et le plus important, je suis un joueur..CONSOLEUX !!!

  • Ils ont aimé 1

    "Une Impression de dé..."

    1 0

    Positif : Tomb Raider est une série de jeu mondialement reconnu sortie pour la première fois en 1996. On y incarne la grande archéologue Lara Croft pensée à l’origine pour devenir une ic&oc... Lire la suite...

  • Ils n'ont pas aimé 0

Commentaires (0)


Merci de te connecter ou de t'enregistrer pour poster un commentaire